brett-jordan-Yd4lXGfsXEk-unsplash

La pédagogie Charlotte Mason

Conséquences, punitions, être sévère, laisser son enfant libre, viser l’autonomie et la responsabilisation? Une chose est sûre, chaque parent veut bien faire, mais parfois on ne sait plus trop comment…

J’aimerais vous présenter des façons concrètes d’éduquer votre enfant dans la bienveillance et le respect, mais avec des exigences et une discipline.

Il y a quelque temps, j'ai découvert la pédagogie de Charlotte Mason. Ça a été un réel coup de coeur pour moi! Enfin, j'avais trouvé quelqu'un qui pense comme moi! Quelqu'un qui, à mon avis, se situe juste au centre entre trop de libertés et une éducation trop sévère, contraignante et néfaste sur le développement de l'enfant.

La pédagogie Mason, je trouve, est drôlement ajustée à notre réalité actuelle.Je ne me prétends pas du tout être une spécialiste de sa pédagogie et je pense qu'un peu comme tout le monde, on adapte toujours un peu chaque pédagogie à nos réalités et nos besoins. Quoiqu'il en soit, je pense que, particulièrement dans un contexte d’école maison, elle peut être drôlement pertinente.

Madame Mason était une enseignante britannique au 19e siècle. Elle est populaire dans les pays anglo-saxons, mais reste encore peu connue dans les pays francophones. Sa pédagogie est particulière parce qu’elle explique qu’on n'a pas le droit, pour l’élever, de jouer avec ses peurs, l’amour qu’il nous porte ou n’importe lequel de ses désirs naturels. On doit absolument respecter l’enfant et éviter toutes violences physiques, manipulations (chantage, menaces, punitions, retrait d’affection) et jeux psychologiques jouant sur leurs émotions comme les flatteries, la compétition, les peurs). Je ne sais pas pour vous, mais moi ça me parle. On sait que ce n’est pas correct de faire ça à des adultes, mais souvent on voit ce genre de comportement envers les enfants. Pourtant, si c’est néfaste pour un adulte, ce l’est forcément pour un enfant...

Elle met aussi un gros bémol sur les récompenses et les flatteries parce qu’un enfant habitué à travailler pour recevoir une récompense ne fait pas appel à sa motivation intrinsèque (sa motivation intérieure). Il fera le travail pour une motivation extérieure. Ce qui veut dire que sans récompenses extérieures, un enfant n’a pas de raison de faire des efforts parce qu’on ne l’a pas habitué à faire un effort pour une raison intérieure comme parce que c’est ce que je dois faire, parce que je serai fier de moi, parce que j’apprendrai de nouvelles choses si je fais cet exercice, etc. En plus, il y a un risque de développer une dépendance au regard et à la validation des autres et ça devient difficile d’entreprendre des choses pour eux-mêmes uniquement. Je ne suis pas en train de vous dire que vous allez bousiller votre enfant avec une récompense de temps en temps, mais c’est à garder en tête que la motivation doit venir, la majorité du temps, de l’intérieur de l’enfant et ne doit pas être une récompense extérieure.

Vite comme ça, on a l’impression que ça ne nous laisse plus beaucoup d'options pour éduquer nos enfants. Mais on a en fait accès à :

L’environnement naturel : On va essayer de passer beaucoup de temps à l’extérieur pour apprendre grâce au contact de la nature et aussi pour pouvoir dépenser notre énergie sainement.

Aux bonnes habitudes : Ces bonnes habitudes, on va les inculquer grâce à des routines, grâce au bon exemple que l’adulte va être et aussi grâce à des livres et des histoires mettant en vedette des bonnes habitudes et aussi comment de mauvaises habitudes ne permettent pas de réaliser notre plein potentiel ou ont des conséquences néfastes sur nous et sur les autres.

Une exposition à des idées riches, belles et vivantes : À travers les livres, l’art et la culture, il est possible de mettre les enfants en contact avec une multitude d'éléments variés. Il faut en montrer le plus possible à l’enfant pour qu’il puisse s’imprégner de tout ça et vivre des expériences qui feront de lui une personne cultivée et capable de prendre de bonnes décisions pour lui et les autres.

Quand les enfants ont compris qu’ils ont le devoir de faire les bons choix, alors leur éducation morale est sécurisée. La littérature héroïque, les récits d’aventures, les biographies regorgent d’exemples de personnes au comportement noble.

On ignore totalement ce qui allumera la flamme intérieure d’un enfant. C’est la raison pour laquelle nous devons leur proposer en quantité de beaux livres : ce n’est qu’avec une profusion de choix qu’ils pourront trouver des livres qui leur parlent. Nous ne devons pas seulement être généreux sur la quantité de beaux livres et sur la variété des leçons : nous devons aussi être attentifs à élever les enfants au contact de tous les aspects de la vie. (source La pédagogie Charlotte Mason par Laura Laffon)

C’est là que se trouve la puissance de cette approche : les enfants sont responsables de choisir quelles idées adopter ou rejeter et cette responsabilité a été solidement cultivée par les lectures vivantes, l’exposition fréquente à la nature, la bienveillance à leur égard et l’adoption de bonnes habitudes. Ainsi, les enfants sont capables de se conformer et d’obéir à une personne, une règle ou une loi quand ils estiment que c’est juste et utile, mais ils sont capables de choisir de ne pas toujours obéir. [...] Il est possible et même souhaitable de s’élever contre des règles ou des lois injustes et de résister à ce qui paraît irrespectueux, contraire à l’éthique humaine.(Caroline, 2017)

On ne veut pas non plus que nos enfants suivent tout les yeux fermés. C’est important qu’ils soient capables d’avoir cette liberté de réfléchir et de se positionner pour défendre leurs valeurs et ce qui leur tient à cœur.

Dans leur quotidien, on souhaite que les enfants fassent en permanence l’effort de réfléchir et de prendre de bonnes décisions. Nos attentes envers les enfants sont élevées, mais on les accompagne et surtout, on leur montre l’exemple. Souvent, je me pose la question: " Est-ce que j’accepterais que mon enfant me parle comme je lui parle?" Si la réponse est non, c’est que nous ne sommes pas un bon modèle. On ne peut pas s’attendre à ce que notre enfant ait des comportements meilleurs que les nôtres… nous sommes le modèle.

Son approche face à la lecture et la narration est aussi très intéressante. Elle distingue des « livres vivants » aux livres ordinaires par le fait qu’ils sont écrits par des auteurs passionnés, sur différents aspects, qu’ils apportent des connaissances de manière intéressante et engagée, mais surtout parce qu’ils marquent positivement l’enfant. Ils provoquent des émotions, transportent et rendent les choses vivantes. J’aime aussi beaucoup son utilisation de la narration à la suite d’une lecture. Elle recommande aux parents de lire qu’une seule fois un livre à l’enfant, sans répéter et de demander ensuite à l’enfant (à partir de l’âge de 6 ans) de raconter ce qu’il a retenu de l’histoire. Elle soutient que si on répète, l’enfant s’habituera à écouter d’une oreille distraite et il ne fera pas l’effort d’enregistrer le message dès la première écoute. Quel parent ne souhaite pas que son enfant écoute la consigne du premier coup?

Bref, je pourrais vous en parler encore longtemps, mais  je vais résumer en disant que concilier bienveillance, respect et exigence, demande de poser un regard, en premier lieu, sur nos attitudes en tant que parent, mais aussi de laisser la place à cet être humain complet et intelligent qui est devant nous. Même s’il est physiquement plus petit, il est autant complet.

Évidemment, il a besoin de nous comme modèle et comme cadre, mais nous ne pouvons pas nous permettre de le faire de n’importe quelle façon.

Une des phrases célèbres de Charlotte Mason est: L’éducation est
une atmosphère: tout l’inverse d’un environnement artificiellement préparé pour lui; on vise des expériences réelles, dans un monde réel,
une discipline: donc ça demande de l’entrainement
et une vie : comme on doit nourrir une vie, pour nourrir l’éducation, on doit offrir un programme d’étude très généreux où l’enfant pourra s’épanouir.

Si cette pédagogie du savoir-être vous parle, je vous invite à profiter de vos sorties à la bibliothèque avec votre enfant pour chercher un ou deux livres sur cette très pertinente approche. Même si je m'en inspire quotidiennement quand je prépare vos planifications et activités, c'est surtout dans votre attitude et votre approche avec vos enfants que vous pourrez mettre à profit les conseils de Charlotte Mason. 

 

Laissez un commentaire